MDA : dois-je adhérer à l’association ?

Écrit le 1er déc. 2008 et mis à jour le 19 févr. 2016 par dans : « Administration ».

Partager sur :

  • Twitter
  • Facebook

L’art de la confusion.

Les artistes-auteurs MDA finissent forcément par entendre parler de l’Association Maison des Artistes un jour ou l’autre, parfois même avant de s’inscrire à la caisse sociale.

Il en résulte certains amalgames et questions qu’il convient d’éclaircir :

Au sein de la Maison des Artistes, il y a deux autorités1.

  • La « MDA-sécu », basée rue du faubourg Poissonnière dans le 20e à Paris, est l’organisme chez qui cotisent tous les artistes du régime (un peu plus de 56 000 personnes en 2014). C’est elle qui s’occupe entre autres de les recenser et de percevoir leurs cotisations pour le compte de la Sécurité Sociale. Elle est pour cela assermentée par l’État et agit sous tutelle des ministères concernés.
    Son site web, rassemblant beaucoup d’informations sur les bases du régime, est secu-artistes-auteurs.fr.

  • La « MDA-association », basée rue Berryer dans le 8e, est une association d’artistes regroupant environ 9 000 inscrits, officiellement centrée sur l’entraide et l’information, qui agit de manière indépendante et n’intervient en aucune manière dans la gestion de votre couverture sociale.
    Son site web est lamaisondesartistes.fr (ce qui explique qu’il remonte nettement plus souvent que celui de la MDA-sécu dans les résultats de recherche quand on tape « Maison Des Artistes »).

C’est à la MDA-sécu, rue du faubourg Poissonnière, que vous envoyez vos cotisations, et c’est donc à cette MDA-sécu qu’on est tenu de s’inscrire pour bénéficier d’une couverture sociale et exercer légalement sa profession.

À l’inverse, l’inscription à la MDA-asso n’a rien d’obligatoire, elle est même tout-à-fait accessoire.

Certains discours très présents tendent à amalgamer ces deux missions et à laisser croire que l’adhésion à la MDA-asso est une formalité administrative nécessaire : il n’en est rien.

Dans la même idée, on laisse parfois entendre que c’est cette adhésion à l’association qui donne droit à la carte de gratuité dans les musées nationaux. C’est tout aussi faux : n’importe quel assujetti à la MDA-sécu a théoriquement le droit aux musées gratuits et n’a normalement besoin de produire pour ça qu’un justificatif de cotisations MDA (attestation S2026 par exemple). Si certains musées font régulièrement la sourde oreille quand on leur produit de tels documents, il s’agit bien de leur faute et non pas de la vôtre…

Résultat de cette confusion2, de nombreux artistes-auteurs en cours d’enregistrement se croient obligés d’adhérer à l’association (évidemment payante) pour être en règle, alors qu’il suffit pour ça de s’inscrire (gratuitement) à la MDA-sécu.

Maintenant que vous êtes prévenus, ne tombez pas dans le panneau : adhérez à l’association MDA si ses services vous intéressent ; pas en vous y croyant obligés.


  1. Au départ, la MDA était une seule et même association agrée par l’État pour la gestion du régime social des artistes, avant d’être contrainte par une évolution de la loi à séparer sa mission de gestion et sa mission associative. On a donc depuis 1995 une structure à « deux-têtes » dotées chacune d’un président et d’un fichier d’inscrits séparé. Elles ont néanmoins gardé le même nom histoire d’être bien sûr que personne n’y comprendra rien. Retour à l’appel de note numéro 1

  2. Confusion jugée par beaucoup « savamment entretenue » par la MDA-asso, comme on peut le lire sur le site du comité des Artistes-Auteurs PlasticiensRetour à l’appel de note numéro 2